Le ministre de l'Ecologie Philippe Martin veut "conserver l'ours"

29-11-2013 à 10:26:56
bonjour,
Bonne nouvelle!
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2013/11/29/philippe-martin-veut-conserver-l-ours,1167011.php

Esperons que cela sera entendu et les mesures de protections appliquées.
Bonne journée à tous
  • Liens sponsorisés



29-11-2013 à 20:17:32
M. Martin nous a servi des "âneries " ... Rien de plus !

Venir en Béarn en niant la menace d'extinction alors qu'elle est flagrante dans cette région est tout simplement se foutre du monde !
Après trente ans de sauvegarde, oui je dis bien de sauvegarde, alors que l'animal arrive définitivement en stade terminal en Béarn que propose M. Martin ?... Inverser le processus en urgence ? Non ! Il faut prendre le temps ! Presque dix ans après la mort de Cannelle chacun appréciera les intentions réelles de ce Ministre !
Au bout de plus de trente ans de temporisations et de tergiversations, on va encore prendre le temps de regarder disparaitre définitivement le plantigrade du territoire Béarnais ! Bravo !
En niant la menace d'extinction de l'ours alors qu'il est en visite en Béarn M. Martin vient tout simplement d'entériner la non existence et le non avenir du plantigrade dans cette partie des Pyrénées. C'est une évidence , pas besoin d'être un grand analyste pour se rendre compte que M. Martin ne dit pas autre chose ... Avec les propos de M. Martin l' animal n'a aucun avenir en Béarn ...

Quant aux Pyrénées Centrales , la temporisation et la tergiversation n'y feront jamais un programme politique cohérent pour y apporter la diversité génétique qui est absolument nécessaire à la viabilité du noyau. Prendre le temps, on voit ce que cela a donné en guise de plan de sauvegarde en Béarn ! Merci !

Oui vraiment, M. Martin aurait eu sa place à l'IPHB !
30-11-2013 à 12:24:21
La réponse du FIEP :

http://www.fiep-ours.com/lecture.php?op=lecture&sid=337

Y aura t-il en retour une réponse de M. Martin ? Mystère ! Rien n'est moins sûr puisque l'Etat dans sa surdité et son absurdité ne daigne même plus répondre aux demandes de cette Association ...

C'est vrai qu'oser déclarer en Béarn que l'ours n'est pas menacé d'extinction, il fallait le faire ! Proposer de prendre le temps et d'autoriser les effarouchements pour toute solution à trente ans d'éradication de l'animal sur ce territoire, c'est délirant et d'une ironie mortifère ! C'est soit se foutre perversement du monde, soit reconnaitre implicitement et définitivement la non existence et le non avenir du plantigrade en Béarn ...

Attendons donc la réponse de M. Martin, quelle qu'elle soit, même en langue de bois, écoutons la et tirons en une bonne fois pour toutes, toutes les conséquences qui s'imposent pour ne plus perdre de temps en temporisations, en supercheries et tergiversations stériles et inutiles qui n'ont que bien trop duré depuis que Cannelle est morte !...
30-11-2013 à 16:51:42
M. Martin nous a servi des "âneries " ... Rien de plus !

Venir en Béarn en niant la menace d'extinction alors qu'elle est flagrante dans cette région est tout simplement se foutre du monde !
Après trente ans de sauvegarde, oui je dis bien de sauvegarde, alors que l'animal arrive définitivement en stade terminal en Béarn que propose M. Martin ?... Inverser le processus en urgence ? Non ! Il faut prendre le temps ! Presque dix ans après la mort de Cannelle chacun appréciera les intentions réelles de ce Ministre !
Au bout de plus de trente ans de temporisations et de tergiversations, on va encore prendre le temps de regarder disparaitre définitivement le plantigrade du territoire Béarnais ! Bravo !
En niant la menace d'extinction de l'ours alors qu'il est en visite en Béarn M. Martin vient tout simplement d'entériner la non existence et le non avenir du plantigrade dans cette partie des Pyrénées. C'est une évidence , pas besoin d'être un grand analyste pour se rendre compte que M. Martin ne dit pas autre chose ... Avec les propos de M. Martin l' animal n'a aucun avenir en Béarn ...

Quant aux Pyrénées Centrales , la temporisation et la tergiversation n'y feront jamais un programme politique cohérent pour y apporter la diversité génétique qui est absolument nécessaire à la viabilité du noyau. Prendre le temps, on voit ce que cela a donné en guise de plan de sauvegarde en Béarn ! Merci !

Oui vraiment, M. Martin aurait eu sa place à l'IPHB !


D'accord de A à Z !

02-12-2013 à 10:52:38
Oui vraiment, M. Martin aurait eu sa place à l'IPHB !
---> ou a EELV

il n'aurait voulu rien faire qu'il n'aurait pas dit autre chose... voila vraiment un ministre qui ne sert vraiment a rien : il y aurait moyen d'economiser un salaire pour faire ce qu'il fait...
03-12-2013 à 19:34:12
Le plus grand dénominateur commun que la politique de M. Martin a avec l'Ecologie c'est l'opportunisme . La biodiversité n'a jamais autant morflé que depuis que l'ECOLOGIE est au Gouvernement.
M. Martin qui vient en Béarn avec quelque ironie et langue de bois d'envoyer à nouveau l'ours dans les cordes devrait se méfier ... Le mouches finissent toujours par changer d'âne, les électeurs aussi.

Quant à l'ours en Béarn il n'existait guère avant le passage de M. Martin et il existe encore moins après son départ. Même si certains font encore semblant d'y croire, bientôt dix ans après la mort de Cannelle, nos deux mâles Cannelito et Néré, à chaque coup de pattes, ne font que finir de creuser leur tombe en Béarn... " Prendre le temps " ,( sans doute de mourir sans déranger ), voilà le message de soutien et d'avenir qu'a adressé M. Martin à ces ours. Et voilà au bout de plus de trente ans de soi disant sauvegarde le spectacle final auquel nous assistons, tragique, pathétique et indigne d'un tel animal porteur de tant d'histoire et de tant de symboles...

Devant l'autisme de toute la classe politique, tant nationale , régionale que locale, autisme qui s'acharne, qui dure et qui menace de durer encore très longtemps, il ne reste aujourd'hui pours sauver le destin des deux plantigrades béarnais et les gènes de la lignée historique pyrénéenne encore portés par Cannelito que l'espoir d'un sauvetage in extrémis ... Deux options pour cela: soit que la Commission Européenne se décide enfin et très vite à imposer à la France des réintroductions de femelles en Béarn, soit qu'on transfère ces deux mâles vers les Pyrénées Centrales où leur capital génétique serait une bénédiction pour toute la population ... En attendant, le futur de ces deux mâles inutilement stériles et solitaires depuis tant d'années reste bel bien au Muséum de Toulouse.
04-12-2013 à 08:20:45
Bonjour Chris,
Et oui trente ans pour en arriver là ! la disparition de l'ours programmé de longue date en Béarn. Pour changer les choses il faudrait que dans ce pays nous ayons des élites gouvernants qui s'intéressent un minimum au sujet de la biodiversité. Trop compliqué ! ça ramène pas assez de voix ! ça va flinguer notre brave et hypothétique croissance ! ils ne réfléchissent pas comme nous !!! et puis il faudrait surtout que ces gens là est de la convictions et des couilles. Ce que visiblement ils n'ont pas ou n'ont plus. Je ne pensais pas voir le pire après Sarko mais je dois constater que ce gouvernement est pire que tout. En plus ce sont des trouillards et des traîtres à la cause sociale et en environnementale. Bref je les déteste et souhaite que l'histoire se torche le "c " avec leurs errances politiquo carriériste. Le pire de tout c'est qu'il n'y a pas d'offre politique dans ce pays susceptible de changer cette amnésie environnementale ! C'est à pleurer
  • Liens sponsorisés