Néré en Haute-Garonne selon La Vanguardia ...

21-11-2012 à 08:19:17
Je vous propose ce lien , daté du 21/11 , où les Espagnols confirment que les ours sont majoritairement installés dans la zone de la Haute-Garonne , Val d'Aran et Pallars Sobirà . Zone où ils s'épanouissent à merveille et les Français gagnent des points ! ... Si ce n'est que sur les photos en période de rut , on voit le père avec le fils , que mère et filles ne sont pas loin , etc ... Ce qui sous-entend que cette petite famille va commencer à se reproduire entre elle avec les conséquences et anomalies génétiques que ça entrainera et qui seront distribuées pour longtemps dans toute la descendance ...

http://www.lavanguardia.com/medio-ambiente/20121121/54355458413/francia-gana-puntos-habitat-osos.html

Le texte , entre autre , nous affirme la présence de Néré en Haute-Garonne : " Durante este año también se ha detectado la presencia de Camelito, en Bigorre y de Neré, en el Alto Garona. " ...

Est-ce une erreur ?

Est-ce une erreur ? Une prémonition ? Un transfert comme pour Balou ? ... Selon le journal la Vanguardia , il n'y aurait donc plus d'ours en Béarn . La nouvelle ne va pas faire plaisir au FIEP . Mais alors de qui sont les griffades retrouvées sur les troncs en Béarn ? De Jean Lassalle ? De Louis Dollo ?...

Pour ce qui est du manque de suivi ours côté Espagnol je pense qu'il faut mettre en cause la situation économique et les réductions de budget . Les Espagnols ne doivent tout simplement plus avoir les moyens de payer des gens à relever les crottes , les poils et les griffades . Visiblement ils ont des difficultés à suivre les ours à partir du moment où ces derniers ne sont plus repérables par l'électronique ( colliers et puces ) . Le principal est que contrairement au Béarn les ours s'épanouissent sur cette zone . Il serait par ailleurs souhaitable que les plantigrades s'installent majoritairement en Espagne où ils sont généralement beaucoup mieux accueillis qu'en France ... Ceci dit rien n'empêche l'ETO de communiquer ses propres résultats relevés côté Français . Je pense personnellement que pour la sécurité des ours il vaut mieux rester dans le flou quant à leur position exacte . Surtout pour Cannelito .

Il faut tenir compte aussi dans nos relations avec l'Espagne de la suspicion que nous leur inspirons surtout quant ils voient les exactions et les provocations dont est capable notre ultra pastoralisme . Quand on pense que quand les Espagnols du Fapas sont venus faire une tournée de conférences dans les Pyrénées il a fallu la gendarmerie pour éviter le pire ... il y a de quoi être refroidi par l'attitude française ! ... Non ?

Si Néré est revenu en Haute-Garonne , ce serait une excellente nouvelle ! Puisse Cannelito en faire de même !
  • Liens sponsorisés



21-11-2012 à 13:31:37
C'est hélas une erreur, une piste a été trouvée en Béarn mi novembre.

Je me répète, mais il est symptomatique de voir un média espagnol utiliser une vidéo de l'ETO et parler des ours en France... Sans savoir quoi dire sur l'Espagne !

Et pourtant : Pyros, Balou, Bambou, Noisette... pour ne citer qu'eux sont en Espagne !

21-11-2012 à 13:32:34
Pour ce qui est du manque de suivi ours côté Espagnol je pense qu'il faut mettre en cause la situation économique et les réductions de budget . Les Espagnols ne doivent tout simplement plus avoir les moyens de payer des gens à relever les crottes , les poils et les griffades .


Tu parles !

Ils ont plein de Caméra et d'appareils photos qui ont fait de magnifiques photos l'année dernière, et cette année ils doivent encore en avoir plein !

21-11-2012 à 14:00:54
La France est à l'origine de la sauvegarde de l'ours dans les Pyrénées et il était donc bien normal qu'elle ait en toute logique une action cohérente et prioritaire sur l'Espagne . L 'Espagne n'a pas mis de veto sur cette sauvegarde , se montre bien plus compréhensive que la France dans la cohabitation avec l'ours et ce n'est déjà pas si mal en attendant mieux ... Ce qui finira par arriver car l'on voit dans les articles de la presse espagnole bienveillante une meilleure acceptation de l'ours et même un réel désir de valorisation de la présence du plantigrade dans les Pyrénées Espagnoles .
Pendant que les Français s'occupaient de l'ours dans les Pyrénées , les espagnols se sont occupés, de leur côté, de la sauvegarde de l'ours dans les Cantabriques et alentours et c'est une belle réussite dans un climat serein où , quand il y a un accident, l'on voit le Parti Socialiste Espagnol réclamer une meilleure protection de l'Ours et où le gouvernement Espagnol répond par cette mesure :

http://noticias.lainformacion.com/estilo-de-vida-y-tiempo-libre/jardineria/parques-nacionales-y-la-fundacion-oso-pardo-colaboran-para-la-consolidacion-de-la-especie-en-espana_Ng3BN917h5RwCalFrQYVF4/

Quand donc verra t-on la même chose en France à l'heure où les Parc Nationaux se trouvent controversés et dévalorisés et où les grands prédateurs sont exclus ?

Je pense , que si la France continue à ne rien faire comme elle sait si bien le faire depuis trop longtemps , dès que nous aurons les premières conséquences tangibles et malheureuses de la consanguinité, que les Espagnols se mobiliseront pour palier à la catastrophe . Mais il serait fort dommageable d'en arriver là sans qu'un plan de prévention et de réintroduction soit mis en place !
  • Liens sponsorisés