Charb et Tignous !

15-03-2015 à 12:01:10
Considérant le stade terminal où est arrivé le noyau béarnais composé des deux mâles Néré et Cannelito ...

Considérant l'inexistence totale et officielle de ce noyau Béarnais, de la part des Ministères de l'Environnement successifs et actuellement de Me Royal, ainsi que de la part des différents représentants politiques dont tout dernièrement M. le Préfet Maïtia,
Considérant l'inexistence pathologique et coupable d' EELV Béarn sur ce dossier ours ainsi que l'absence d'intérêt de la Commission Européenne ...

Considérant en conséquence la condamnation à très court terme de ces deux ours sans avenir ...

Considérant, de plus, l'abandon total de ce noyau béarnais par les grands noms médiatiques de l'écologie et les grandes Associations Nationales de l'Environnement ...

Considérant l'inefficacité de la foire aux idées lancée pour les 10 ans de la mort de Cannelle et en attendant de lancer fatalement la grande foire aux idées pour les vingt ans de sa mort ...

Considérant que ces deux ours, avec pour preuve les dessins de Charlie et les écrits de F. Nicolino, sont d'évidence et indéniablement " Charlie " , et bien plus " Charlie " que d'autres politiques et écologistes cités plus haut ...

Considérant l'urgence de la situation en cette période de célébration de la biodiversité au Ministère de Me Royal.
Considérant que nous somme à la veille de la grande Conférence sur le climat, en cette période du sixième cycle d' extinction des espèces qui accompagne le changement climatique et la destruction de la biosphère, dont l'homme et la civilisation, première forces géologiques de bouleversements planétaires, sont responsables ...

Considérant tout cela :

Je suggère aux Associations et à Cap Ours de débaptiser en grandes pompes médiatiques Néré et Cannelito pour les rebaptiser " Charb " et " Tignous " :

- " Charb " de Charbonnier ira comme un gant au noir de Néré
- Quant au patronyme de " Tignous " il sera grandement mérité pour Cannelito qui ne cesse de s'accrocher obstinément de toutes ses griffes à un avenir que l'homme lui refuse, ce depuis onze ans et le jour où il a quitté le cadavre de sa mère Cannelle !

Débaptisons Néré et Cannelito pour les appeler Charb et Tignous !

Ces ours ont le droit de retrouver leur liberté d'expression face aux intégristes de la civilisation, face aux destructeurs de la Nature et du vivant . La présence de l'ours en Béarn n'est pas un blasphème ni au Dieu de l'économie pastorale ni aux Veaux d'ors des lobbies de la spéculation agricole et politique !...

La France, si elle est Charlie, a le devoir de laisser s'exprimer l'ours en Béarn et de le laisser dessiner ses empreintes de plantigrade dans la glaise et sur l'écorce des sapins .
Ces ours sont Charlie, plus que tout et plus que tous, parce qu'ils portent en eux les valeurs de la liberté, les valeurs de respect du vivant, les valeurs d'une mémoire et d'un patrimoine que nous nous devons de transmettre au nom de notre humanité .

Il faut sauver Charb et Tignous !
  • Liens sponsorisés



15-03-2015 à 12:10:20
C'est une idée originale et pleine de sens ! Simplement cela de changera en rien la lâcheté de ceux qui nous gouvernent !!!!
15-03-2015 à 16:46:55
c'est sur que cela ferait le buzz !

15-03-2015 à 21:26:20
J'adère totalement à cette idée farfelue, mais tellement idéaliste !!!

La nature sans les grands prédateurs n'est pas naturelle !!!


Didier 28
18-03-2015 à 09:22:40
Ces deux ours sont véritablement Charlie et vont le payer cher !

Charb et Tignous sont condamnés !

http://paysdelours.com/fr/ours-segolene-royal-botte-en-touche-pour-renvoyer-le-dossier-...-aux-calendes-grecques.html?cmp_id=50&news_id=1319&vID=249#1319

L'ours est maintenant en perdition dans les Pyrénées ... Aucun lâcher, côté français, n'est à prévoir sur le massif avant de nombreuses années ... Pour Néré et Cannelito c'est clairement foutu . Pour le noyau Central , de par la politique appliquée, l'animal est entré dans une phase d'élimination pernicieuse par dégénérescence consanguine chaque année un peu plus aggravée...
Une politique de gestion du plantigrade à la béarnaise vient de se mettre en place dans les Pyrénées Centrales...
Je rappelle rapidement pour mémoire les principales déficience liées à l'endogamie sévère et à la consanguinité : - affaiblissement sanitaire de l'ensemble de la population par déficience importante des réflexes immunitaires entrainant des carence diverses, portes ouvertes aux maladies et principalement aux tumeurs, risques d'épizootie, à cela il faut rajouter des malformations et éventuellement des avortements ... Avec dans tous les cas, pour conséquence, une baisse notoire de l'espérance de vie des individus qui pourront disparaître à n'importe quel âge des écrans radars ... Tout ceci n'est pas mystère et est bien connu, entre autres, de tous les éleveurs de mammifères qui ont pour souci premier d'éviter la consanguinité ...
Quant au monde sauvage il suffit de considérer les efforts entrepris par les espagnols pour endiguer la consanguinité dans les Cantabriques/Asturies pour comprendre que la politique Française a d'évidence décidé au profit des lobbys de vider les Pyrénées de sa substance ursine ...

Alors maintenant que nous sommes arrivés à l'irréversible pour Néré et Cannelito ...

Quand les Associations, ADET, FERUS et surtout le FIEP ainsi que Cap Ours auront fini de croire ( ou faire semblant de croire ) en l'incroyable scénario d'une résurrection du noyau Occidental avec 15 à 17 lâchers nécessaires sur le terrain ( ONCFS ) peut-être que ces Association pourront songer à déménager Néré et Cannelito vers le noyau Central où leurs gènes ( surtout ceux de Cannelito ) seraient dans la situation actuelle les bienvenus ! Non ?
Si ce n'est pas le cas, si les Associations préfèrent regarder crever inutilement et sans empathie ces deux mâles solitaires et stériles depuis onze longues années, souhaitons qu'ils crèvent le plus rapidement possible ! Cela nous permettra au moins pour une fois de gagner Royalement du temps, un temps qui est devenu rare et précieux pour l'ours dans les Pyrénées !...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
18-03-2015 à 09:45:03
C'est bien dit (comme quoi nos opinions ne sont pas si différentes que ça), mais après ?
On attend ?
Oui, mais on attend quoi ?
Un élan de solidarité envers l'ours ? Un réveil des assos qui militeront enfin pour déplacer Néré et Cannellito ? Une prise de conscience de la population Béarnaise, Ariègeoise, enfin pyrénéenne qui demanderont la réintroduction d'ours ? Un gouvernement qui fera enfin son devoir de protection de l'ours (et de la biodiversité dans son ensemble) ?
Je crains malheureusement qu'il nous faille attendre tout ça encore bien longtemps !!!

La nature sans les grands prédateurs n'est pas naturelle !!!


Didier 28
19-03-2015 à 18:38:30
Pour ma part, j'ai arrêté cette année de cotiser au FIEP. La mort dans l'âme car je suis adhérent depuis 1992. Je pense qu'il faut arrêter cette illusion entretenue par le FIEP que l'ours va revenir en Béarn. Les Béarnais ne le mérite pas !!!!
20-03-2015 à 10:07:19
"les béarnais ne le mérite pas", mais ... on s'en fout !!!
L'ours brun lui, mériterait pourtant de pouvoir vivre en paix, sur ses terres ancestrales !!! Mais effectivement aujourd'hui, il semble que cela n'est plus possible, en béarn comme ailleurs dans les Pyrénées (et en France en général) ...

La nature sans les grands prédateurs n'est pas naturelle !!!


Didier 28
20-03-2015 à 10:32:33
Effectivement on s'en fou que les Béarnais mérite l'ours ou pas ! Mais vu le peu d'attachement qu'ils développent envers cette espèce qui fait partie de leur histoire. vu le sort qu'ils lui ont offert en se gavant d'argent public sous couvert de protection et en allant braconner délibérément la dernière ourse pour ne plus être emmerder. Vu le peu de réaction dans ces belles vallées où il fleure bon l'état de non droit. Je me dit que non il ne mérite pas ce joyaux !!!!!!
20-03-2015 à 12:41:01
L'Association Aves se décarcasse pour l'ours :

http://www.aves.asso.fr/2015/03/segolene-royal-remet-le-dossier-ours-aux-calendes-grecques-aves-france-ecrit-a-la-direction-generale-de-lenvironnement-de-la-commission-europeenne/

Il ne reste plus aux Associations et à Cap Ours, devant l'ignominie de l'Etat Français, du Ministère de l' écologie, de Me Royal et de ses fonctionnaires, qu'à saisir chez nous les tribunaux et à appuyer la plainte d'Aves auprès de la Commission Européenne ...
21-03-2015 à 22:58:11
Oui Christb, tu as certainement raison, mais qui osera le faire ???? Probablement aucune des assos ... je pense qu'elles ont leurs petites subventions a défendre, avant même de penser a protéger l'ours. Défendre leurs subventions, c'est à dire continuer a exister et pouvoir ainsi, continuer difficilement à protéger un peu ... l'ours. Mais je sais que ces mots sont dérangeants, et qu'il n'est pas, pour certains d'entre nous, politiquement correct, d'oser les prononcer !!! C'est pourtant une vérité que nous percevons tous, sans jamais oser l'avouer. Les assos font avec leurs petits moyens et doivent jouer sur les deux tableaux. Faire en sorte de continuer a exister pour défendre au mieux la biodiversité, puisque de toute façon, personne ne le fera à leur place. Voilà pourquoi nous en sommes là, voilà pourquoi la population d'ours dans les Pyrénées ne sera probablement jamais aussi importante que nous le souhaitons, ou qu'il est possible qu'elle soit. Le gouvernement se contentera de maintenir une petite population dans un endroit très localisé en relachant éventuellement tout les dix ou vingt ans quelques individus quand le besoin urgent s'en fera ressentir, l'histoire de dire qu'il ont sauvé les ours en France. Ce sera peut être la même chose pour les lynx dans le Jura, quand aux loups, bien plus adaptés, il leur suffira d'en contrôler l'accroissement en autorisant la chasse (prélèvement légaux) par exemple. Mais ne rèvons pas, notre vision idéale de la nature n'existe ou n'existera en fait, que dans notre imagination d'idéalistes rèveurs, comme le décrivent si bien nos opposants. L'homme est ainsi fait, il est, et a toujours été intolérant, impitoyable envers ces concurrents prédateurs, et au XXI è siècle, il semblerait que malheureusement, rien a changé. Bien au contraire, plus nous sommes nombreux, plus la place que nous laissons aux prédateurs diminue, plus ils disparaissent. Les assos qui s'instalent dans le monde entier sont impuissantes et ne peuvent la plupart du temps que retarder l'échéance. Bientôt ils ne survivront que dans les parcs animaliers pour le plaisir de nos enfants, pour qui cela sera une normalité ancestrale de voir des animaux heureux, enfermés dans une micro-nature reconstituée ... Et d'ailleurs, déjà aujourd'hui, tout le monde trouve ça normal, et prend même du plaisir, à voir des animaux sauvages dans une cage de luxe. Ils sont là pour nous, pour notre distraction, comme pour n'importe quel autre parc d'attarction que nous visitons pendant notre temps libre. Dans l'esprit de certains, la vie animale n'a en fait, que peu d'importance, et puis pour d'autres, ils sont heureux, nourris, soignés, ils vivent même bien plus lontemps que dans la nature, alors que demander de plus pour eux ... Nous ne sommes peut être effectivement que des idéalistes, qui rèvent d'un monde lointain, qui faute de place, de volonté, d'idéologie, ne reviendra certainement jamais.

La nature sans les grands prédateurs n'est pas naturelle !!!


Didier 28
22-03-2015 à 11:31:54
Ouais, comme le disaient Eddard Starck et Aubèrta " Winter is coming " !... Autre face du changement climatique présidé par le mur de la bêtise humaine ...
... L'actualité regorge d'exemples... Charb et Tignous , sentinelles de la liberté d'expression,
ne me contrediront pas !

Néanmoins, loin de tout idéalisme naïf on peut constater que la conservation et la sauvegarde d'espaces naturels avec les espèces emblématiques qui vont avec ont encore leurs raisons d'être en 2015 ...
Les espagnols en font la preuve, preuve de l'excellence environnementale naturelle où le loup
, le lynx, l'ours, les rapaces rares tels le vautour casseur d'os, l'aigle et autres sont une manne pour toute la région. A tel point, la demande d'écotourisme et d'authenticité de la nature étant tellement forte, que les Associations, dans l'intérêt de la faune et de la flore,vont devoir canaliser et encadrer les activités liées à cet engouement qui ne cesse de croître ...

http://www.elcomercio.es/asturias/oriente/201503/21/casi-visitantes-picos-europa-20150321004749-v.html

Bien sûr, même en Espagne, les prédateurs humains restent en embuscade et décrètent vouloir à nouveau chasser l'ours dès que la population sera pérennisée ... Avec 250 ours dans les Cantabriques/Asturies il devient de plus en plus difficile pour la Fondation Oso Pardo et le Fapas de faire croire que cette population est toujours en voie d'extinction ! ...
Faudra bien un jour ou l'autre pour retarder l'autorisation de la régulation de la population par la chasse que les Associations Espagnoles se décident à transférer quelques uns de leurs plantigrades vers les Pyrénées !

http://www.infobierzo.com/los-cazadores-piden-matar-osos-cuando-se-recupere-la-especie/156068/

)))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))))
22-03-2015 à 13:22:49
Ça serai mal vu que d'un coté on autorise la chasse à l'ours et que pendant ce temps la population pyrénéenne espagnole stagne. Si on peut récupérer des ours sur les quotas de chasse.
22-03-2015 à 15:56:56
@Christb,
je ne suis pas sur que l'Espagne soit un modèle de sauvegarde de la biodiversité. Vous parlez certainement de la région Nord-Ouest du pays, sinon partout ailleurs le lynx ibérique est toujours proche de l'extinction, et ne se développe pas malgré les plans d'élevage et de réintroduction, le loup y a pratiquement disparu et l'ours y est totalement absent, ou presque, et le peu qui y survie en tout cas, n'est pas là grace aux catalans, qui n'ont rien fait à ce jour pour assurer sa sauvegarde, et qui sont même à la source de bien des disparitions étranges. Alors montrer l'Espagne comme un exemple a suivre, me semble être un peu (beaucoup) exagéré !!!

La nature sans les grands prédateurs n'est pas naturelle !!!


Didier 28
22-03-2015 à 18:20:44
Le seul exemple que je donne, en Espagne, est celui des Cantabriques/Asturies où si tout n'est pas parfait la politique et les Associations Oso Pardo et Fapas, prouvent qu'il est possible aujourd'hui de faire cohabiter des grands prédateurs, sauvegarder des espèces rares de rapaces, ainsi que l'ensemble de la faune et de la flore, tout en gérant la cohabitation avec un écotourisme qui fait la richesse et la renommée de toute la région... A noter aussi sur ce territoire le Parc de Somièdo inscrit comme réserve de biosphère à l'Unesco ... Faire vivre 250 ours sur ce territoire, avec toute l'infrastructure qui va avec , dont des plantations régulières de fruitiers et un plan réussi d'amélioration de la diversité génétique, ce n'est pas rien ! ... C'est quand même autre chose que ce qu'on est capable de faire chez nous ! ... Ailleurs en Espagne c'est une autre histoire. Chaque région espagnole est autonome et libre de sa politique quant à la sauvegarde des grands prédateurs. Il semblerait que les Catalans, à travers la présence régulière d'une majorité d'ours dans l'Alt Pirineu et le Val d' Aran, soient de plus en plus enclins à s'inspirer de cette politique des Cantabriques pour développer l'écotourisme et l'excellence naturelle de leur région ...
23-03-2015 à 10:40:36
On verra cette année ce qu'il en est vraiment avec l'éventuelle lâcher d'un nouveau mâle (programme pyroslife).

  • Liens sponsorisés